Poème 'Médée' de André CHÉNIER dans 'Poésies Antiques'

Médée

André CHÉNIER
Recueil : "Poésies Antiques"

Au sang de ses enfants, de vengeance égarée,
Une mère plongea sa main dénaturée ;
Et l’amour, l’amour seul avait conduit sa main.
Mère, tu fus impie, et l’amour inhumain.
Mère ! amour ! qui des deux eut plus de barbarie ?
L’amour fut inhumain ; mère, tu fus impie.

Plût aux dieux que la Thrace aux rameurs de
Jason Eût fermé le Bosphore, orageuse prison ;
Que, Minerve abjurant leur fatale entreprise,
Pélion n’eût jamais, au bord du bel Amphryse,
Vu le chêne, le pin, ses plus antiques fils,
Former, lancer aux flots sous la main de Tiphys,
Ce navire animé, fier conquérant du Phase,
Qui sut ravir aux bois du menaçant Caucase
L’or du bélier divin, présent de Néphélé,
Téméraire nageur qui fit périr Hellé !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

André CHÉNIER

Portait de André CHÉNIER

André Marie de Chénier, dit André Chénier, né le 30 octobre 1762 à Constantinople et mort guillotiné le 25 juillet 1794 à Paris, est un poète français. Il était le fils de Louis de Chénier. Né à Galata (Constantinople) d’une mère grecque (Elisabeth Lomaca) et d’un père français, Chénier passe quelques années à... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto