Poème 'On n’avait point posé les fondements de Rome…' de Théophile de VIAU dans 'Œuvres poétiques - Seconde partie'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Théophile de VIAU > On n’avait point posé les fondements de Rome…

On n’avait point posé les fondements de Rome…

Théophile de VIAU
Recueil : "Œuvres poétiques - Seconde partie"

On n’avait point posé les fondements de Rome,
On n’avait point parlé du siège d’Ilion,
La terre n’avait point reçu Deucalion,
Ni Babel divisé le langage des hommes.

Les sœurs de Phaéton ne pleuraient point la gomme,
Les Géants n’avaient point monté le Pélion,
Et celui qui causa notre rébellion
N’avait pas mis la dent sur la première pomme.

Chypre n’avait point vu ses rives écumer
De ce germe divin qui tomba dans la mer
Quand la mère d’Amour voulut sortir de l’onde.

Bref, nous ne savons point de siècles assez vieux,
Depuis qu’on a connu l’origine du monde,
De qui l’antiquité ne le cède à tes yeux.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théophile de VIAU

Portait de Théophile de VIAU

Théophile de Viau, né entre mars et mai 1590 à Clairac et mort le 25 septembre 1626 à Paris, est un poète et dramaturge français. Poète le plus lu au XVIIe siècle, il sera oublié suite aux critiques des Classiques, avant d’être redécouvert par Théophile Gautier. Depuis le XXe siècle, Théophile de Viau est défini... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto