Poème 'Odeurs' de PhulanKile

Odeurs

PhulanKile

Au détour de la rue
au croisement d’avec l’avenue
de quelques âpres odeurs s’en fut mon pas,
triomphateur de leur aigreur
et qui en mon odorat leur sonna le glas.

Des quelques branches de thym dans ma poche
un délicieux souvenir, alors, à ma narine s’arrima
perdant la vue qu’offrait à mes pensées la Bastoche
pour mieux redessiner du Népal et du Pin le fracas.

Sonne, sonne le glas
de la puanteur dont nous sommes las
Crie, crie ton émoi
pour le revivre et cette société disparaîtra.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS