Poème 'Polyphème en furie' de François Tristan L'HERMITE dans 'La Lyre'

Polyphème en furie

François Tristan L'HERMITE
Recueil : "La Lyre"

Je vous vois, couple infâme, enivré de plaisir,
Quand vos secrets complots m’ont enivré de rage.
Est-ce ainsi qu’on trahit mon amoureux désir,
Et que l’on ose encore irriter mon courage ?

Je vous vois, ménagez votre peu de loisir,
Vous ne me ferez plus que ce dernier outrage :
Ce morceau de rocher que je vais vous choisir
Vous presse de bientôt achever votre ouvrage.

Maintenant je vous tiens, rien ne peut détourner
Le juste châtiment que je vais vous donner,
Il faut que de ce coup je vous réduise en poudre.

Ainsi dit le Cyclope à deux amants transis.
Sa voix fut un tonnerre, et la pierre une foudre,
Qui meurtrit Galatée, et fit mourir Acys.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Polyphème et la llicorne
    --------------

    Le cyclope a rêvé qu’il prenait son plaisir
    Avec une licorne en de charmants parages ;
    Lui, qui si rarement assouvit son désir,
    Vit son âme s’emplir d’un amoureux courage.

    Ayant, le lendemain, quelque temps de loisir,
    En quête de licorne il parcourut l’ombrage ;
    Mais par les deux ou trois qu’il a voulu choisir,
    Son discours enflammé fut pris comme un outrage.

    Tout seul vers sa caverne il dut s’en retourner ;
    De la noble Aphrodite il fut abandonné,
    C’était là son destin, mais comment s’y résoudre ?

    En vain Bacchus tenta d’effacer ce souci ;
    Qui peut soigner un arbre abattu par la foudre ?
    Ce monde nous dépasse, et nos amours aussi.

  2. Polyphème et la licorne == retouche
    --------------

    Le cyclope a rêvé qu’il prenait son plaisir
    Avec une licorne en de charmants parages ;
    Lui, qui si rarement assouvit son désir,
    Vit son âme s’emplir d’un amoureux courage.

    Ayant, le lendemain, quelque temps de loisir,
    En quête de licorne il parcourut l’ombrage ;
    Mais par les deux ou trois qu’il a voulu choisir,
    Son discours enflammé fut pris comme un outrage.

    Tout seul vers sa caverne il dut s’en retourner ;
    De la noble Aphrodite il fut abandonné,
    C’était là son destin, mais comment s’y résoudre ?

    En vain Bacchus tenta d’effacer ce souci ;
    Qui peut soigner un arbre abattu par la foudre ?
    Ce monde nous dépasse, et nos amours aussi.

  3. Monstre d'imparité
    -----

    Fils d'une licorne,
    Dont un cyclope est le père :
    Une corne, un oeil.

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS