Poème 'L’ambition tancée' de François Tristan L'HERMITE dans 'La Lyre'

L’ambition tancée

François Tristan L'HERMITE
Recueil : "La Lyre"

Aux rayons du soleil, le paon audacieux,
Cet avril animé, ce firmament volage,
Étale avec orgueil en son riche plumage
Et les fleurs du printemps, et les astres des cieux.

Mais comme il fait le vain sous cet arc gracieux
Qui nous forme d’Iris une nouvelle image,
Il rabat tout à coup sa plume et son courage
Sitôt que sur ses pieds il a porté les yeux.

Homme, à qui tes désirs font sans cesse la guerre
Et qui veux posséder tout le rond de la Terre :
Vois le peu qu’il en faut pour faire un monument.

Tu n’es rien que l’idole agréable et fragile
Qu’un roi de Babylone avait vue en dormant,
Ta tête est toute d’or, mais tes pieds sont d’argile.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Rêve de lion
    ---------------

    Le roi des animaux n'en croyait pas ses yeux :
    D'invisibles goupils rôdaient dans les parages,
    La nuit dissimulant l'azur de leur pelage,
    À l'heure où les démons investissent les cieux.

    Le monarque est tenté de fuir vers d'autres lieux,
    Mais les chemins ouverts lui semblent des mirages ;
    Il s'avance pourtant, rassemblant son courage,
    Puis il trace sa route, à la grâce de Dieu.

    Ce qu'il voit, cependant, ne le rassure guère,
    -- Il semble que le monde ait perdu ses repères,
    Lui dit une banane, en riant franchement.

    -- Je ne suis qu'un rêveur au jugement fragile,
    Tel un fol naviguant sur une nef d'argile,
    Tel un roi qui voudrait gouverner en dormant.

  2. Octopode au corps de sable
    --------------------------------

    Ce grand monstre de sable est superbe, à mes yeux ;
    Il parcourt, bien souvent, ces modestes parages,
    Invisible la nuit, grâce à son noir pelage,
    Faisant régner la paix sur la terre et les cieux.

    Je suis presque surpris de le voir en ces lieux :
    Il est évanescent, c'est peut-être un mirage,
    C'est une métaphore évoquant le courage,
    C'est un représentant de la grâce de Dieu.

    Les gens de mon pays ne le connaissent guère,
    Car, sur de tels sujets, ils ont d'autres repères,
    Il n'est rien à leurs yeux, pour parler franchement.

    Je le sais, je suis vieux, mes rêves sont fragiles,
    Mon corps, qui se souvient que sa chair est d'argile,
    Ne peut point rajeunir, si ce n'est en dormant.

  3. Une reprise avec un même thème :)

Rédiger un commentaire

François Tristan L'HERMITE

Portait de François Tristan L'HERMITE

François L’Hermite, sieur du Soliers, dit Tristan L’Hermite, né à Janaillat (Creuse) au château de Soliers, dans la Marche, 1601 et mort à Paris le 7 septembre 1655, est un poète et dramaturge français. Auteur dramatique fort applaudi en son temps, et dont la première pièce, la fameuse tragédie de Mariane... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto