Poème 'Pour une amante captive' de Théophile de VIAU dans 'Œuvres poétiques - Seconde partie'

Pour une amante captive

Théophile de VIAU
Recueil : "Œuvres poétiques - Seconde partie"

Tyrannique respect, triste et fâcheux devoir,
Qui tiens si rudement mes volontés contraintes,
Dois-je mourir ici sans que je puisse avoir
Autre soulagement que celui de mes plaintes?

Souffrirai-je, ô Tircis! mon cœur gelé de craintes,
Dans le désir brûlant que j’ai de te revoir?
Lois que ma passion devait avoir enfreintes,
Garderez-vous toujours ce rigoureux pouvoir?

Je crois que le tyran qui d’éternelles flammes
Donne le châtiment ordonné pour les âmes,
Quand je serais esclave au fond de ses Enfers,

S’il savait le sujet de mon impatience,
Sentirait, me voyant, blesser sa conscience
S’il ne me permettait de sortir de mes fers.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théophile de VIAU

Portait de Théophile de VIAU

Théophile de Viau, né entre mars et mai 1590 à Clairac et mort le 25 septembre 1626 à Paris, est un poète et dramaturge français. Poète le plus lu au XVIIe siècle, il sera oublié suite aux critiques des Classiques, avant d’être redécouvert par Théophile Gautier. Depuis le XXe siècle, Théophile de Viau est défini... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto