Poème 'Quand la ville s’endort' de julien06

Accueil > Les membres > Page de poésie de julien06 > Quand la ville s’endort

Quand la ville s’endort

julien06

Un petit « je t’aime » et la vie recommence,
Un regard sulfureux et l’on chante gaiement,
Un baiser chaud-sucré et c’est l’effervescence
Les humeurs maussades changent soudainement,
Un petit « je t’aime » et la vie recommence.

Malgré les infamies l’amour mène la danse
Il est l’antidote contre les maux de l’âme,
Un fruit que l’on cueille quand le cœur est en transe
Dans l’espace infini, du rêve au mélodrame,
Malgré les infamies l’amour mène la danse.

Nous devons rechercher les clés de la passion
Nous libérer du joug des hontes et des peurs,
La marche vers la paix est plus qu’une émotion,
Une lutte acharnée pour réformer les cœurs,
Nous devons rechercher les clés de la passion.

La quête du bonheur est un chemin sans fin
Nous ne serons jamais rassasiés de lumière,
Nous gravons nos souhaits sur un vieux parchemin
Dans la sérénité se brisent les frontières,
La quête du bonheur est un chemin sans fin.

Quand la ville s’endort les amoureux s’embrasent
Ils sont beaux, ils sont fiers, ils sentent bon la joie,
Devant tant de splendeur nos illusions s’évasent
Ils s’habillent d’espoir lorsque le monde aboie,
Quand la ville s’endort les amoureux s’embrasent.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS