Poème 'Si j’apprenais soudain que, triste, halluciné' de Anna de NOAILLES dans 'Poème de l'amour'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Anna de NOAILLES > Si j’apprenais soudain que, triste, halluciné

Si j’apprenais soudain que, triste, halluciné

Anna de NOAILLES
Recueil : "Poème de l'amour"

Si j’apprenais soudain que, triste, halluciné,
Maudissant, haïssant, tu as assassiné,
J’irais tranquillement vers cette main mortelle,
J’abdiquerais le monde, et me tiendrais près d’elle…

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS