Poème 'Sultan Mahmoud' de Théophile GAUTIER dans 'Poésies nouvelles et inédites'

Sultan Mahmoud

Théophile GAUTIER
Recueil : "Poésies nouvelles et inédites"

Dans mon harem se groupe,
Comme un bouquet
Débordant d’une coupe
Sur un banquet,
Tout ce que cherche ou rêve,
D’opium usé,
Et son ennui sans trêve,
Un cœur blasé ;

Mais tous ces corps sans âmes
Plaisent un jour…
Hélas ! j’ai six cents femmes,
Et pas d’amour !

La biche et l’antilope,
J’ai tout ici,
Asie, Afrique, Europe,
En raccourci ;
Teint vermeil, teint d’orange,
Œil noir ou bleu,
Le charmant et l’étrange,
De tout un peu;

Mais tous ces corps sans âmes
Plaisent un jour…
Hélas ! j’ai six cents femmes,
Et pas d’amour !

Ni la vierge de Grèce,
Marbre vivant ;
Ni la fauve négresse,
Toujours rêvant ;
Ni la vive Française,
À l’air vainqueur ;
Ni la plaintive Anglaise,
N’ont pris mon cœur !

Tous ces beaux corps sans âmes
Plaisent un jour…
Hélas ! j’ai six cents femmes,
Et pas d’amour !

1845

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS