Poème 'Éloge du lointain' de Paul CELAN dans 'Pavot et mémoire'

Éloge du lointain

Paul CELAN
Recueil : "Pavot et mémoire"

Dans la source de tes yeux
vivent les nasses des pêcheurs de la mer délirante.
Dans la source de tes yeux
la mer tient sa parole.

J’y jette,
coeur qui a séjourné chez des humains,
les vêtements que je portais et l’éclat d’un serment:

Plus noir au fond du noir, je suis plus nu.
Je ne suis, qu’une fois renégat, fidèle.
Je suis toi, quand je suis moi.

Dans la source de tes yeux
je dérive et rêve de pillage.

Une nasse a capturé dans ses mailles une nasse:
nous nous séparons enlacés.

Dans la source de tes yeux
un pendu étrangle la corde.

1952

Poème préféré des membres

ATOS a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Merci de faire connaître ce beau poème aux internautes !
    Je vous serais reconnaissant si vous me permettiez de laisser un lien vers une illustration - images et musique - de cet Eloge du lointain :
    https://www.youtube.com/watch?v=gHggr1O4yuk

    A bientôt,
    mrPessoa

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS