Poème 'Sur la sombre minuit qu’une liqueur miellée' de Isaac HABERT

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Isaac HABERT > Sur la sombre minuit qu’une liqueur miellée

Sur la sombre minuit qu’une liqueur miellée

Isaac HABERT

Sur la sombre minuit qu’une liqueur miellée
Avait sillé mes yeux d’un paresseux sommeil,
Le Songe me fit voir en funeste appareil
La Mort d’un long linceul piteusement voilée.

Ce songe me dura tant que l’Aube emperlée
D’un éclat d’orient ramenât le soleil,
Et que devers les cieux à mon triste réveil
Cette prière fît mon âme désolée :

 » Vous dieux qui gouvernez ce monde spacieux,
Recevez ma prière et les pleurs de mes yeux.
Las ! s’il est ordonné que la mort à cette heure

Vienne toucher ma vie, ô saintes déités,
Faites en ma faveur qu’adorant les beautés
De ma belle maîtresse entre ses bras je meure ! « 

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. La crypte aux flacons
    --------------------------

    La sombre cave où sont les bouteilles scellées
    Accueille le buveur dans un demi-sommeil.
    Dégustant un nectar à nul autre pareil,
    Il croit voir les parois de lueurs constellées.

    Ébloui de clartés en son coeur révélées,
    Il lui semble baigner dans les feux du soleil ;
    Il pense avoir atteint le stade de l’éveil
    Et découvert des lois que nul n’a décelées.

    «Par ce ciel souterrain où vont des astres bleus,
    Par ce nocturne jour qui reluit à mes yeux,
    Je voudrais que ceci dure au moins quelques heures ;

    Or donc, au détriment de ma sobriété,
    À quelque autre flacon vous me verrez goûter,
    Et puis... de quelque chose, il faut bien que l’on meure. »

  2. Lagarde et Michard
    ----------

    Aragon fait chanter ma mémoire emmêlée
    Aux accents de Brassens, juste avant le sommeil ;
    Borges signe un sonnet à nul autre pareil
    Où le Temps voit tourner la voûte constellée.

    Par Camões les lois finement révélées
    Expliquent en détail le trajet du soleil ;
    Desnos le magicien met mon coeur en éveil,
    Il dit des vérités que nul n’a décelées.

    Eluard sait le ciel où vont des astres bleus,
    C’est de la poésie qui scintille à mes yeux ;
    Pages que je parcours, le soir, au fil des heures,

    Où la vie est décrite avec sobriété.
    À des vers d’amateurs vous je peux aussi goûter,
    Dont, année par année, se remplit ma demeure.

Rédiger un commentaire

Isaac HABERT

Portait de Isaac HABERT

Isaac Habert, né à Paris vers 1560 et mort vers 1625, est un poète baroque français. Issu d’une famille d’écrivains, il écrit sur des thèmes scientifiques, religieux et amoureux.
Il fut valet de chambre et secrétaire du roi Henri III. Dans sa jeunesse, il avait été au service de Guy de Saint-Gelais, seigneur... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS