Poème 'A mati a noué (à tous les gouverneurs de la rosée)' de ATOS

Accueil > Les membres > Page de poésie de ATOS > A mati a noué (à tous les gouverneurs de la rosée)

A mati a noué (à tous les gouverneurs de la rosée)

ATOS

A mati a noué
lorsque la source inondera la face brisée de la terre
lorsque la morsure de nos lèvres aura donné racines à nos rêves
lorsque l’arbre pourra prendre repos dans le berceau de la chair
A mati à noué
lorsque nous confierons au fleuve les larmes du cuir et la blessure des fers
et que tenant la vie, comme cette terre entre nos mains,
nous verrons son chant élever notre maison,
alors mon frère,
A mati a noué,
notre pays portera toute l’espérance des mères,
et son choeur sera comme une main qui frappera son tambour
pour annoncer notre retour au monde.
Quel bonjour, mon frère,
A mati à noué
que cette grande délivrance que nous partagerons.

à Jacques Roumain.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS