Poème 'À Mlle Almita Leduc' de Louis-Honoré FRÉCHETTE dans 'Les Oiseaux de neige'

À Mlle Almita Leduc

Louis-Honoré FRÉCHETTE
Recueil : "Les Oiseaux de neige"

Ô ma chère Almita, dis-moi, t’en souvient-il ?
Ce n’était qu’un bébé, tu n’étais qu’un doux ange ;
Et Dieu sait quel courant de sympathie étrange
Vous pénétra tous deux de son charme subtil.

Puis l’âge vint ; la vie est un décor qui change.
Pourtant, presque mourant, quand il revint d’exil,
Ton nom fit souvent poindre une larme à son cil :
Du temps et de l’oubli toujours le cœur se venge.

Tout est passé, ma chère ; et ton petit ami
Repose maintenant dans sa tombe endormi ;
Si fragile est la base où tout espoir se fonde !

Il dort, et j’attends l’heure où, pensive, à genoux,
Celle qui l’eût aimé viendra, seule avec nous,
Laisser tomber un pleur sur la fosse profonde.

(1902)

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS