Poème 'Missionnaires et Martyrs' de Louis-Honoré FRÉCHETTE dans 'La Légende d'un peuple'

Missionnaires et Martyrs

Louis-Honoré FRÉCHETTE
Recueil : "La Légende d'un peuple"

Sceptiques on croyants, oui, tous tant que nous sommes,
Courbons ici nos fronts ! Ceux-là furent des hommes,
Des soldats du progrès, des héros et des saînts.
Peut-être surent-ils, mieux encor que les autres,
Du Dieu dont ils s’étaient faits les humbles apôtres,
Comprendre ici les grands desseins.

Jamais on n’avait vu spectacle plus étrange
Que cette courageuse et modeste phalange

Pleine d’ardeur mystique et de projets virils,
Qui, nouveaux messagers de la parole sainte,
Traversaient l’univers pour se jeter sans crainte
Au-devant de tous les périls.

Sol natal, amitiés, rang, fortune, espérance,
Famille, ils quittaient tout avec indifférence ;
Pas un seul qui faiblît au moment de partir !
Et pourtant qu’allaient-ils chercher sur ces rivage,
Sinon, après la vie errante des sauvages,
La mort sanglante du martyr ?

Oh ! lorsque l’on parcourt nos annales naissantes,
Et que, tournant du doigt ces pages saisissantes.
On poursuit pas à pas par la pensée, au fond
De la forêt immense encore inexplorée,
Ces immortels semeurs de la moisson sacrée,
On éprouve un trouble profond.

Vieux prêtres au front chauve ou lévites imberbes,
Pieds nus mais souriants, harassés mais superbes,
Aux plus mortels dangers prodiguant leurs défis,
Regardez ces héros, en leur ardeur « ans borne,
S’enfoncer à travers l’horreur du désert morne,
Sans autre arme qu’un crucifix.

Fleuves, monts et torrents, chaleurs, pluie ou tempête,
Rien ne les décourage et rien ne les arrête ;
Narguant les jours sans pain, bravant les nuits sans feu,
Poursuivis par les loups et guettés par les fièvres,
L’Évangile à la main et le sourire aux lèvres,
Ils vont sous le regard de Dieu.

Où ? Qu’importe ! leur zèle embrasse un hémisphère.
Sous des cieux incléments si loin que vont-ils faire ?
Quel but rêvent-ils donc qui les fait tant oser ?
Où donc est le secret du feu qui les consume ?
C’est que leur mission en deux mots se résume :
Convertir et civiliser !

Devant ces deux grands mots point d’obstacle qui tienne !
Oui, ces fiers envoyés de la France chrétienne
N’ont qu’un vœu, qu’un désir et qu’une ambition :
Conquérir, par l’effort de vertus surhumaines,
Des âmes à l’Église, et de nouveaux domaines
À l’héroïque nation.

Et l’un d’eux meurt de faim dans la forêt profonde ;
Un autre, sur le seuil d’un village qu’il fonde,
D’un coup de tomahawk a le crâne entr’ouvert ;
Celui-ci s’engloutit sous la vague écumante ;
Celui-là disparaît, perdu dans la tourmente
D’une terrible nuit d’hiver.

Ici c’est Daniel expirant sous les balles ;
Là c’est Jogue et Goupil sur qui les cannibales
De leur instinct féroce épuisent tout le fiel ;
Plus loin c’est Lalemand, Brébeuf, d’autres encore,
Qui, sous le fer cruel et le feu qui dévore,
Meurent les yeux levés au ciel.

Bien plus, ce même Jogue, indomptable nature,
Après mainte agonie au poteau de torture,
Réussit par miracle à tromper ses bourreaux ;
Mais, perclus, mutilé, vers ces lieux où l’attire
La soif du sacrifice ou l’amour du martyre,
Il revient mourir en héros.

Et puis, à chaque instant, nouvelles découvertes !
Jour après jour, ce sont d’autres routes ouvertes
A travers la savane ou les fourrés épais ;
Et l’homme primitif, que tant de zèle touche,
Devenu par degrés moins sombre et moins farouche,
Offre le calumet de paix.

De nouveaux dévoûments ces preux toujours en quête,
Cent ans marchent ainsi de conquête en conquête.
Distribuant l’aurore à toute cette nuit…
Et l’Europe applaudit ces sublimes cohortes
Qui d’un monde inconnu brisent ainsi les portes
Devant le progrès qui les suit.

Ô mon pays, au cours des siècles qui vont naître,
Puissent tes fiers enfants ne jamais méconnaître
Ces humbles ouvriers de tes futurs destins !
Ils furent les premiers défricheurs de la lande :
Qu’on réserve toujours la plus fraîche guirlande
Pour ces vaillants des jours lointains !

Et nous, qui recueillons — oui, croyants ou sceptiques —
Les éternels bienfaits que ces âmes antiques
Sur notre terre vierge ont semés en passant,
N’oublions pas qu’un jour l’arbre aux palmes sans nombre
Qui protège aujourd’hui nos enfants de son ombre
À germé dans leur noble sang !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Le père Dupanloup en Chine s’exila.
    Par-derrière approchant l’Empereur sur son trône,
    Il voulut profaner cette vivante icône,
    Mais le bourreau lui dit « Allons ! Restons-en là. »

    Donc, parmi les élus que Félix empala,
    On compte des humains, des demi-dieux, des faunes,
    Mais non pas l’héritier du vieil Empereur Jaune ;
    Il s’en fallut de peu, la chronique en parla.

    Dupanloup, poursuivant cette visite en Chine,
    Connut des cotillons de toutes origines,
    Laissant un souvenir qu’on peut dire immortel ;

    Mais ce qu’il racontait, nul ne put le comprendre,
    Car c’était le latin qu’il parlait à l’autel,
    Ne voulant aux patois vulgaires condescendre.

  2. ''Donc, parmi les élus que Félix empala,''

    Félix le chat ?

  3. Félix qui potuit rerum cognoscere causas.

Rédiger un commentaire

Louis-Honoré FRÉCHETTE

Portait de Louis-Honoré FRÉCHETTE

Louis-Honoré Fréchette (16 novembre 1839 – 31 mai 1908), poète, dramaturge, écrivain et homme politique, est né à St-Joseph-de-la-Pointe-Lévy (Lévis), Québec, Canada. Bien que son père, entrepreneur, soit analphabète, il étudie sous la tutelle des Frères des écoles chrétiennes. De 1854 à 1860, il fait ses études... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS