Poème 'Journaliste pieux' de Louis-Honoré FRÉCHETTE dans 'Les Oiseaux de neige'

Journaliste pieux

Louis-Honoré FRÉCHETTE
Recueil : "Les Oiseaux de neige"

Sur le trottoir, un jour, vous heurtez par mégarde
Un être qui sans voir allait clopin-clopant.
Poli, vous demandez pardon au sacripant,
Qui baisse devant vous sa paupière hagarde.

Le sire, avec son air cauteleux et rampant,
Voudrait vous étriper, mais quelqu’un le regarde :
Il arrondit le dos et passe… Prenez garde !
Vous avez mis le pied sur un vilain serpent.

Voyez-le s’éloigner, il louvoie, il sournoise ;
Son astuce déjà songe à vous chercher noise ;
Il vous fera savoir demain ce qu’elle vaut.

Où va-t-il ? Inventer pour vous quelque supplice ?
Vous tendre un traquenard ? ameuter la police ?
Non, il va rédiger quelque article dévot !

(1902)

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Le pire est à craindre
    Quand Tartuffe a pris sa plume :
    L'encre est du poison.

  2. Ah, que Dieu les garde,
    Ces penseurs flippants !
    Ou que le grand Pan
    Nous les entrelarde.

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS