Poème 'Le vieux Montréal' de Louis-Honoré FRÉCHETTE dans 'Les Oiseaux de neige'

Le vieux Montréal

Louis-Honoré FRÉCHETTE
Recueil : "Les Oiseaux de neige"

Dans leurs excursions des tropiques aux pôles,
Nos pères, à travers fleuves, monts et marais,
Avec leurs vieux mousquets gelés sur leurs épaules,
Ouvraient à deux battants les portes du progrès.

Sur le flanc des rochers ou du fond des forêts,
Leur baguette faisait surgir des métropoles…
C’est par eux, Montréal, que tu nous apparais
Désormais le front ceint d’un bandeau de coupoles.

Salut, pages où l’art a, d’un savant pinceau,
Su, presque pas à pas, retracer le berceau
D’un grand centre aujourd’hui peuplé de fortes races !

Chacun de nous, devant ce passé disparu,
Doit se dire, en voyant le chemin parcouru :
Nos aïeux étaient grands ; sachons suivre leurs traces !

(1882)

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS