Poème 'Alcôve noire' de Paul-Jean TOULET dans 'Chansons'

Alcôve noire

Paul-Jean TOULET
Recueil : "Chansons"

Ces premiers froids que l’on réchauffe d’un sarment,
- Et des platanes d’or le long gémissement,
- Et l’alcôve au lit noir qui datait d’Henri IV,
Où ton corps, au hasard de l’ombre dévêtu,
S’illuminait parfois d’un rouge éclair de l’âtre,
Quand tu m’aiguillonnais de ton genou pointu,
Chevaucheuse d’amour si triste et si folâtre ;
- Et cet abyme où l’on tombait : t’en souviens-tu ?

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto