Poème 'Antéros' de Gérard de NERVAL dans 'Les chimères'

Antéros

Gérard de NERVAL
Recueil : "Les chimères"

Tu demandes pourquoi j’ai tant de rage au coeur
Et sur un col flexible une tête indomptée ;
C’est que je suis issu de la race d’Antée,
Je retourne les dards contre le dieu vainqueur.

Oui, je suis de ceux-là qu’inspire le Vengeur,
Il m’a marqué le front de sa lèvre irritée,
Sous la pâleur d’Abel, hélas ! ensanglantée,
J’ai parfois de Caïn l’implacable rougeur !

Jéhovah ! le dernier, vaincu par ton génie,
Qui, du fond des enfers, criait :  » Ô tyrannie !  »
C’est mon aïeul Bélus ou mon père Dagon…
Ils m’ont plongé trois fois dans les eaux du Cocyte,
Et, protégeant tout seul ma mère Amalécyte,
Je ressème à ses pieds les dents du vieux dragon.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Exaltation
    ----------

    Nerval déchaîne en son coeur
    Des chimères indomptées,
    Par ses rêves enfantées
    Ou par son esprit moqueur.

    Il tient des propos vengeurs,
    D’une voix fort irritée
    Qui paraît ensanglantée
    Par d’effrayantes rougeurs.

    Ce poète de génie
    S’oppose à la tyrannie
    Du vieux Créateur bougon ;

    Un gars (que je félicite)
    A publié sur son site
    Les humeurs de ce dragon.

  2. Dragon de Gironde
    -------------

    Ce dragon de Gironde, un monstre au tendre coeur,
    Naguère a désiré la sirène indomptée
    Qui par on ne sait qui fut jadis enfantée
    Et qui le regardait avec un air moqueur.

    Il a parfois rêvé qu’il était vendangeur
    Afin de savourer les grappes enchantées,
    Puis le vin de Bordeaux en robe ensanglantée
    Qui semble du Ponant refléter la rougeur.

    Mais il est buveur d’eau, reptile sans génie
    Et qui de la routine admet la tyrannie ;
    Un être sans destin, dit-il en son jargon.

    Ce héros m’a permis, par un accord tacite,
    D’écrire à son propos des phrases sur ce site,
    Ce dont je remercie cet obligeant dragon.

Rédiger un commentaire

Gérard de NERVAL

Portait de Gérard de NERVAL

Gérard de Nerval, pseudonyme de Gérard Labrunie, né à Paris le 22 mai 1808 et mort à Paris le 26 janvier 1855, était un poète français. Il passe son enfance dans le Valois, dont les paysages furent source d’inspiration. A Paris, il mène une vie de bohème, fréquente le ‘Cénacle’ de Victor Hugo puis publie une... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS