Poème 'Vers dorés' de Gérard de NERVAL dans 'Odelettes'

Vers dorés

Gérard de NERVAL
Recueil : "Odelettes"

Homme ! libre penseur – te crois-tu seul pensant
Dans ce monde où la vie éclate en toute chose :
Des forces que tu tiens ta liberté dispose,
Mais de tous tes conseils l’univers est absent.

Respecte dans la bête un esprit agissant : …
Chaque fleur est une âme à la Nature éclose ;
Un mystère d’amour dans le métal repose :
« Tout est sensible !  » – Et tout sur ton être est puissant !

Crains dans le mur aveugle un regard qui t’épie
A la matière même un verbe est attaché …
Ne la fais pas servir à quelque usage impie !

Souvent dans l’être obscur habite un Dieu caché ;
Et comme un oeil naissant couvert par ses paupières,
Un pur esprit s’accroît sous l’écorce des pierres !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Ours des Pyrénées
    ----------------------

    C’est un ours des roseaux, et c’est un ours pensant .
    Cet amant de la vie s’éclate en toute chose.
    De la force d’un dieu sa liberté dispose,
    Et de son crâne lourd le chagrin est absent.

    Or, elle a, cette bête, un esprit agissant :
    Car c’est une grande âme à la Nature éclose ;
    Un amateur d’humour dont le bon sens repose ;
    Il est sensible, et tout son bel être est puissant.

    Il n’est, dans les grands bois, des regards qui l’épient:
    À sa vie quotidienne un charme est attaché...
    Il ne veut s’en servir à quelque usage impie !

    Oui, dans cet être obscur est un Dieu mal caché ;
    Dans son oeil malicieux couvert par ses paupières,
    Un reflet nous le dit: son coeur n’est pas de pierre !

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS