Poème 'Au jardin du Luxembourg' de PhulanKile

Accueil > Les membres > Page de poésie de PhulanKile > Au jardin du Luxembourg

Au jardin du Luxembourg

PhulanKile

Poème d’aujourd’hui
naissant d’un soleil parisien.
Le soleil me luit
sur la rétine externe mon visage sain.

Le parc du Luxembourg
rempli de passant vains
resplendit dans mon cœur lourd
la trace de poètes américains.

Du sud ou du centre
finissent en moi leurs besoins
depuis leur poétique antre
au delà des mers, si loin
d’une envie d’ennui.

De cet après midi fleurit,
Mars goûte en mon esprit
à la douce joie fainéante, feignant l’oubli
des peines de cœurs ou d’un honnête écrit.

La poussière rageuse que foulent des vies
bénignes, insignifiantes, heureuses de leurs Cris,
épaissit l’atmosphère sulfureuse, étouffante de Paris
nuage terrestre couvrant un bleu ciel uni.

On en oublierait presque les barrières
hauts pics dorés, de la rue, l’ornière
du parc, séparée, sorte de souricière,
de zone fermée, à la présence policière
mais non à l’armée.

Que retenir de cette lumière lactée
de cette douceur blanc jaune disséminée
de l’étroite porte lui servant d’entrée
où qu’elle se répande, par pan entier
au-delà de sa ceinture de fer forgé.

Tous se pressent comme devant
Saint Pierre au paradis ou bien Jean
sérieux comme la pierre ou le pinçon riant
tant que l’on ne poinçonne pas à l’entrée les tickets gagnants.

Continue la foule des passants
à chanter gaiement l’air du printemps
où resplendit sa gaieté
celle de la lumière retrouvée
réchauffant les cœurs
après un long hiver de pleurs.

Les arbres n’ont pourtant
pas retrouvé ici de bourgeons puissants
sur leurs têtes penchées par le vent
feuilles-pages encore au néant.

Deux heures plus tard mais dans l’autre sens
reflux les passants à la douce joie rance
le soleil est bas et la lumière est dense
danse avec la nuit aux funestes avances

vespéral ennui des derniers mots dits
par ce parc aux sans logis.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS