Poème 'Boat paper' de ATOS

Boat paper

ATOS

Alors, ça y est !
T’as ta mémoire dans la caboche
et des virgules plein tes poches.
Tu prends ta plume et ton pinceau
Tu déplies ta vie pour en faire ton bateau.
Tu quittes le quai des caniveaux.

Enfin ! Te v’la dev’ nu un môme !

Tu vides ton sac
Tu passes les cons
Tu tire un bout
Tu traces le bord
Tu t’ marres à bobard !
T’as enfin décidé d’accrocher
ton cul à la hauteur de ton banc !

T’as le grand rêve en aventure !

T’ abraque en avant toute !
Hé Surtout, Môme, sur tout
fonce toujours là où tu regardes !

Avec ton filet aux étoiles entre les dents,
Nom d’un un p’tit loup,
on dirait bien qu’ tu vas croquer les anges !

T’as plus besoin de ta vieille gaffe.
Allez balance !
là-bas, où elle voulait t’ faire oublier .

Tu sens l’ bon ciel qui te pousse en avant!

T’es un vrai, Môme !
T’as l’air heureux,
T’as l’air content !

Avec c’ vilain rouge qui t’as joliment gâté les lèvres
T’as écrit un gros mot sur la coque d’un vieux rafio.
T’as plus besoin d’ mettre ton honneur en écharpe.
T’as les bras libres !
alors oublie pas d’ nous faire un signe !

Tu sais qu’ t ‘as une gueule folle !
Alors ça y est,
Ça y est môme, tu prends le large
et le monde i prend même pas l’eau !

Tu flottes, Môme !
Paroles, dis, qu’est ce que c’est beau !
Ça y est, Môme, ça y est !
Tu sais,
I y a jamais eu qu’ personne dans l’ caniveau.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS