Poème 'Ça file' de ATOS

Ça file

ATOS

La file s’allonge.
Le portier fait la gueule.
On tape du pied. Rien ne bouge.
Du coin de l’œil, les caissières font aux clients leur grand signe.
Clair obscur sur le marché.
Un zigoto de la « popote verte » s’acharne sur un micro.
deux caddies coincés dans un escalator.
Résultat : ça s’arrête, tout s’arrête…
comme les murs.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS