Poème 'Canal' de ATOS

Canal

ATOS

Ombres mi-closes crochetées à la dormance des heures.
Petite coulée de chemins juste à l’entraille de la langue
te balancera en plein couloir du choeur .
Paupières blanches sur tableaux d’images.
Partance des roses, échardes aux rivages,
Toucher d’autres remparts.
Les prendre vides
Les rendre creux
et dans le dernier mirage
bien y loger sa gueule.
Partir, mais aux feuilles des branches.
Trousseau d’images pendu au porte marteau des heures.
Détacher les mots.
Arracher. Plier. Lier. S’en charger
fagoter ses orphelins de lumière
avec quelques parfums à peine
et les jeter à la brutalité du canal.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS