Poème 'C’était autant' de ATOS

Accueil > Les membres > Page de poésie de ATOS > C’était autant

C’était autant

ATOS

L’année s’automnait au bras des peupliers.
Des hommes à l’encre de Chine accostaient les bancs.

On remontait le temps en se disant le bonsoir.
et la musique,
… autrement.

La lumière était au soir et larguait les amarres.
On croisait son histoire.
On y trempait sa plume.
On arrêtait le temps.

Histoire de se souvenir de l’instant,
On se serrait un peu sur le banc.

La lune éclaboussait les pavés.

Tremblant de nous revoir
L’année quittait le bras des peupliers
et glissait entre nos mains un billet.

On remontait l’allée en filant vers le soir,
Et la musique
…commençait.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS