Poème 'Chemin passe' de ATOS

Chemin passe

ATOS

Ma maison picore les étoiles des murs blancs de ma raison.
Dans la nuit, tout est si vaste.
La chair est par silence aussi sage qu’une image.
Le jour est un vase pour les fleurs qui n’ont plus de saison.
La nuit, des anges marchent sur le plafond nos têtes.
Ils sont beaux comme des ombres qui dansent sur le velours du repos.
Demain , je changerai l’heure des fleurs.
Leurs lettres ont besoin de nouveaux rêves,
chaque pétale est un soupir qui murmure à l’oreille d’un piano.
Même si leurs pieds sont restés sous la terre,
dans la nuit, les mots perdent leurs os.
Chaque maison ne tient que par miracle au sommet de la mémoire.
Tous les chemins jettent des étoiles derrière les grilles des visages.
Ils quittent la maison parce qu’ils sont nomades et vagabonds.
Sur les murs blancs de ma maison je relie les étoiles au fil de la saison.
Je dessine la carte du ciel pour ne pas oublier qu’un chemin passe devant toutes nos maisons.

12.2020

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS