Poème 'Chère Isis, tes beautés ont troublé la nature…' de Théophile de VIAU dans 'Œuvres poétiques - Seconde partie'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Théophile de VIAU > Chère Isis, tes beautés ont troublé la nature…

Chère Isis, tes beautés ont troublé la nature…

Théophile de VIAU
Recueil : "Œuvres poétiques - Seconde partie"

Chère Isis, tes beautés ont troublé la nature,
Tes yeux ont mis l’Amour dans son aveuglement,
Et les dieux occupés après toi seulement,
Laissent l’état du monde errer à l’aventure;

Voyant dans le Soleil tes regards en peinture,
Ils en sentent leur cœur touché si vivement
Que s’ils n’étaient cloués si fort au firmament,
Ils descendraient bientôt pour voir leur créature.

Crois-moi qu’en cette humeur ils ont peu de souci
Ou du bien ou mal que nous faisons ici,
Et tandis que le Ciel endure que tu m’aimes,

Tu peux bien dans mon lit impunément coucher.
Isis, que craindrais-tu puisque les dieux eux-mêmes
S’estimeraient heureux de te faire pécher?

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théophile de VIAU

Portait de Théophile de VIAU

Théophile de Viau, né entre mars et mai 1590 à Clairac et mort le 25 septembre 1626 à Paris, est un poète et dramaturge français. Poète le plus lu au XVIIe siècle, il sera oublié suite aux critiques des Classiques, avant d’être redécouvert par Théophile Gautier. Depuis le XXe siècle, Théophile de Viau est défini... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto