Poème 'Qu’en dites-vous, mon Coeur ? Je vous prie de le dire' de Marc PAPILLON DE LASPHRISE dans 'L'Amour passionnée de Noémie'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Marc PAPILLON DE LASPHRISE > Qu’en dites-vous, mon Coeur ? Je vous prie de le dire

Qu’en dites-vous, mon Coeur ? Je vous prie de le dire

Marc PAPILLON DE LASPHRISE
Recueil : "L'Amour passionnée de Noémie"

Qu’en dites-vous, mon Coeur ? Je vous prie de le dire.
Quoi ? vous rêvez, ce semble, ô quelle étrange humeur !
Mais ce beau teint changeant m’avant-court un bonheur,
Et ce vent tremblotant qui doucement soupire.

Las ! ce bel oeil baissé, dont le jour se retire,
Pourrait bien messager quelque étrange douceur :
Non, ce souris bénin présage une douleur,
Pour donner à ce coup trêve entre mon martyre.

Parlez donc, mon souci, quoi ? vous ne dites rien.
Qui se tait il consent, vous le voulez donc bien.
Approche-toi m’Amour, baise-moi ma chère âme,

Je me veux enivrer de la douce poison,
Qui tant et tant de fois suborna ma raison :
Seigneur Dieu je me meurs, je me perds, je me pâme.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Sombre jardin
    ------------------

    Approchez, mes enfants, le barde va vous dire
    Un conte qui provient de son étrange humeur.
    C'est le dit du jardin. Il est sombre, endormeur,
    Comme un gouffre où le vent se lamente et soupire.

    La chauve-souris vient quand le jour se retire ;
    À l'heure où les vergers baignent dans la douceur,
    Les buissons de ce parc se tordent de douleur,
    Tout comme au souvenir d'un atroce martyre.

    J'y vois pourtant des fleurs, et cela n'est pas rien !
    Découvrir en ce lieu quelque chose de bien,
    Voilà de quoi bercer et consoler mon âme.

    Il est vrai que ces fleurs ont pour suc un poison
    Qui emballe le coeur et détruit la raison ;
    Le soir, en cet enclos, plus d'un oiseau se pâme.

  2. Sanctuaire à moitié clandestin
    ----------

    Un sanctuaire est là dont je ne peux rien dire,
    Cela mettrait le dieu dans une sombre humeur;
    Jamais n’est cet endroit ouvert à des rimeurs,
    Aux yeux du desservant ce sont de tristes sires.

    Donc si l’un d’entre eux vient, bien vite il se retire,
    Lui qui ne voudrait point être un provocateur;
    Il craint également qu’un sacrificateur
    Ne lui fasse éprouver un étrange martyre.

    Un lieu de culte est là mais ça ne prouve rien,
    Savoir si de tels dieux sont du côté du bien,
    La chose est impossible à la plupart des âmes.

    Mais les plats qu’on y sert ne sont pas des poisons;
    Leur offrande jamais n’offense la raison;
    Sanctuaire inconnu, je n’en fais pas un drame.

Rédiger un commentaire

Marc PAPILLON DE LASPHRISE

Portait de Marc PAPILLON DE LASPHRISE

Marc Papillon, seigneur de Lasphrise, dit aussi le Capitaine Lasphrise et parfois nommé Marc de Papillon, né près d’Amboise vers 1555 et mort vers 1599, est un poète baroque satirique et érotique français. Marc nait dans le petit fief familial de Lasphrise, dont il prendra le nom. Il tente l’aventure militaire et ses faits... [Lire la suite]

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS