Poème 'Clémence' de Théophile GAUTIER dans 'Premières poésies'

Clémence

Théophile GAUTIER
Recueil : "Premières poésies"

Ô peu durables fleurs de la beauté mortelle !

PHILIPPE DESPORTES.

D’Isabelle l’âme ait paradis.

Épitaphe gothique.

Un monument sur ta cendre chérie
Ne pèse pas,
Pauvre Clémence, à ton matin flétrie
Par le trépas.

Tu dors sans faste, au pied de la colline,
Au dernier rang,
Et sur ta fosse un saule pâle incline
Son front pleurant ;

Ton nom déjà par la nuit et la neige
Est effacé
Sur le bois noir de la croix qui protège
Ton lit glacé.

Mais l’amitié qui se souvient, fidèle,
Avec des fleurs,
Vient, à l’endroit seulement connu d’elle,
Verser des pleurs.

Poème préféré des membres

archimede a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Quel est la date de publication du poème Clémence de Théophile Gautier ?

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS