Poème 'De la valeur de l’ennui' de ATOS

Accueil > Les membres > Page de poésie de ATOS > De la valeur de l’ennui

De la valeur de l’ennui

ATOS

Mais, cesserez vous à la fin de jacasser!
Laissez moi, un peu, que je puisse m’ennuyer!

Ne dites rien, je vous en prie!
Il me faut filer le temps avant minuit
Pour clore cet ouvrage qui saura nous divertir!

Sachez mon bel ami que
Des soupirs naissent les rêveries
Et que de mes attentes naissent mes amis.

Laissez moi, vous dis je !
Puisqu’il faut, enfin, Monsieur, que je m’ennuie!

Et souffrez à votre souhait devant ce comble:
Je ne puis en effet précisément penser à vous
Si vous ne cessez point de toquer à ma porte avec furie.

L’ennui est une troublante fringale
Qui ouvre le plus grand des appétits.

Soyez patient je vous en prie!
Vous commencez vraiment à m’amuser!

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS