Poème 'Élégie : Je voudrais l’oublier…' de Théophile GAUTIER dans 'Premières poésies'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Théophile GAUTIER > Élégie : Je voudrais l’oublier…

Élégie : Je voudrais l’oublier…

Théophile GAUTIER
Recueil : "Premières poésies"

Ingrate…, pour t’avoir bien servie…,
Adorant ta beauté,
Je vois bien qu’à la fin tu m’osteras la vie
Après la liberté.

DE LINGENDES.

… Je l’adore et meurs de trop aimer.

PHILIPPE DESPORTES.

Je voudrais l’oublier, ou ne pas la connaître…
Oh, si j’avais pensé que dans mon cœur dût naître
Ce feu qui le dévore et qui ne s’éteint pas,
Loin d’elle encore à temps j’aurais porté mes pas…
Mais non, il le fallait ; c’était ma destinée !
Contre elle vainement dans mon âme indignée
Je crie et me révolte ; il le fallait. Le soir,
À l’ombre des tilleuls elle venait s’asseoir,
Je la voyais. Son front candide où ses pensées
D’une rougeur pudique arrivent nuancées,
Sous l’arc d’un sourcil brun son œil étincelant,
Par un éclair rapide en silence parlant,
Et ses propos naïfs, et sa grâce enfantine,
Et parfois dans nos jeux sa colère mutine,
Tout en elle d’amour et d’espoir m’enivrait.
À des songes dorés mon âme se livrait,
Elle était tout pour moi qui ne suis rien pour elle !
De ses affections ombre et miroir fidèle,

Je riais, je pleurais, à son rire, à ses pleurs,
Lorsqu’elle me contait sa joie ou ses douleurs.
Sa vie était la mienne ; une espérance folle
Me flattait de toucher un jour ce cœur frivole.
Mais elle, à tant d’amour qu’elle n’a pas compris,
N’a jamais répondu que par le froid mépris,
La vague indifférence, et la haine peut-être !…
Je voudrais l’oublier, ou ne pas la connaître.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théophile GAUTIER

Portait de Théophile GAUTIER

Pierre Jules Théophile Gautier est un poète, romancier, peintre et critique d’art français, né à Tarbes le 30 août 1811 et mort à Neuilly-sur-Seine le 23 octobre 1872 à 61 ans. Né à Tarbes le 30 août 1811, le tout jeune Théophile garde longtemps « le souvenir des montagnes bleues ». Il a trois ans lorsque sa famille... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto