Poème 'Encore que l’on eût heureusement compris' de Joachim DU BELLAY dans 'Les Regrets'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Joachim DU BELLAY > Encore que l’on eût heureusement compris

Encore que l’on eût heureusement compris

Joachim DU BELLAY
Recueil : "Les Regrets"

Encore que l’on eût heureusement compris
Et la doctrine grecque et la romaine ensemble,
Si est-ce, Gohory, qu’ici, comme il me semble,
On peut apprendre encor, tant soit-on bien appris.

Non pour trouver ici de plus doctes écrits
Que ceux que le français soigneusement assemble,
Mais pour l’air plus subtil, qui doucement nous emble
Ce qui est plus terrestre et lourd en nos esprits.

Je ne sais quel démon de sa flamme divine
Le moins parfait de nous purge, éprouve et affine,
Lime le jugement et le rend plus subtil :

Mais qui trop y demeure, il envoie en fumée
De l’esprit trop purgé la force consumée,
Et pour l’émoudre trop lui fait perdre le fil.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Âne et lumière
    ---------------

    Il aime à réviser ce qu’il a bien appris,
    Et ce qu’il sait moins bien; il apprécie l’ensemble,
    Cet âne qui, sans doute, aux vieux sages ressemble,
    Car ce que l’on rumine est souvent mieux compris.

    Sa grande âme s’emplit des plus doctes écrits
    Qui dans son noble coeur fort plaisamment s’assemblent;
    Il sait les commenter, sa voix jamais ne tremble,
    Âne érudit, vraiment, quel fabuleux esprit !

    As-tu capté un peu de la flamme divine ?
    Peux-tu tracer des mots, d’une écriture fine,
    Mûrir ton jugement et le rendre subtil ?

    Ou peut-être, ce goût te vient de la fumée
    D’une herbe de savoir, vivement consumée,
    Un chanvre savoureux qui fait perdre le fil.

  2. Sagesse du chanvre
    ----------------

    Cette feuille n’est pas un objet de mépris,
    Aristote et Platon la cueillirent ensemble ;
    Même le fier Socrate en parla, ce me semble,
    Qui d’un dur tribunal ne fut pas bien compris.

    Sur un sujet pareil, j’ai rarement écrit,
    Qui cependant les gens festivement rassemble ;
    On se met à planer, l’âme s’éveille et tremble,
    Le coeur n’écoute plus ce que lui dit l’esprit.

    As-tu goûté un peu de cette herbe divine ?
    As-tu donc fait l’essai de cette saveur fine ?
    Ne me dis pas que non, toi qui es si subtil.

    Castaneda décrit la petite fumée
    Par laquelle est vraiment la peine consumée,
    Et par laquelle aussi... mais, j’ai perdu le fil.

  3. Au coin du feu
    -------

    Une herbe magique
    Je la pose sur les braises,
    Vaste fumerie.

  4. Assoupissement
    ------------

    Ivres de fumée,
    Nous rêvons les uns des autres,
    Rêves emboîtés.

  5. Trouble de l'éveil
    ------

    Ces trois vieux rêveurs
    Qui s'éveillent, encore ivres,
    Sans rien reconnaître.

  6. Fantôme d’une feuille
    ----------

    Je plane en cette allée, n’en soyez pas surpris,
    Un fantôme je suis, une feuille je semble ;
    Le spectre-coq et moi, nous circulons ensemble
    Dans ce vaste jardin dont nous fûmes épris.

    Un fabuliste fit notre éloge (en sanscrit),
    Qui en seul cahier mille quatrains rassemble ;
    Il parle de l’automne et de mes soeurs qui tremblent,
    Et des bons jardiniers apaisant leur esprit.

    L’héraldiste parfois notre portrait dessine,
    En ces simples blasons des sonnets s’enracinent,
    Joliment commentés par des lecteurs subtils.

    Du grand feu de la vie nous sommes la fumée ;
    Souvent nous regrettons nos forces consumées
    Et de nos souvenirs se perd aussi le fil.

  7. Métempsycose hasardeuse
    ----------

    La feuille défunte
    S'étant incarnée en chèvre
    Mange sa famille.

Rédiger un commentaire

Joachim DU BELLAY

Portait de Joachim DU BELLAY

Joachim du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou, et mort le 1er janvier 1560 à Paris. Sa rencontre avec Pierre de Ronsard fut à l’origine de la formation de la « Pléiade », groupe de poètes auquel Du Bellay donna son manifeste, « la Défense et illustration de la langue... [Lire la suite]

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS