Poème 'Eros (I)' de Rainer Maria RILKE dans 'Vergers'

Eros (I)

Rainer Maria RILKE
Recueil : "Vergers"

Ô toi, centre du jeu
où l’on perd quand on gagne ;
célèbre comme Charlemagne,
roi, empereur et Dieu, -

tu es aussi le mendiant
en pitoyable posture,
et c’est ta multiple figure
qui te rend puissant. -

Tout ceci serait pour le mieux ;
mais tu es, en nous (c’est pire)
comme le noir milieu
d’un châle brodé de cachemire.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Oiseau farceur
    ----------------

    Le corbeau joue à des jeux,
    Sans qu'on sache quand il gagne.
    Il engloutit la montagne
    Mais la restitue aux dieux.

    Il met les hommes, souvent,
    En ridicule posture ;
    Changeant vite de figure,
    Il en est déconcertant.

    Traitons-le de notre mieux,
    Ce fou, cet étrange sire :
    Il a des récits curieux
    Qui'il est pressé de nous dire.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS