Poème 'Et le soleil' de Léopold Sédar SENGHOR dans 'Lettres d'hivernage'

Et le soleil

Léopold Sédar SENGHOR
Recueil : "Lettres d'hivernage"

Et le soleil boule de feu, déclive sur la mer vermeille.
Au bord de la brousse et de l’abîme, je m’égare dans
le dédale du sentier.
Elle me suit, cette senteur haute altière qui irrite mes
narines
Délicieusement. Elle me suit et tu me suis, mon double.

Le soleil plonge dans l’angoisse
Dans un foisonnement de lumières, dans un tressaillement
de couleurs de cris de colères.
Une pirogue, fine comme une aiguille dans une mer
immense étale
Un rameur et son double.
Saignent les grès du cap de Nase quand s’allume le
phare des Mamelles
Au loin. Le chagrin tel me point à ta pensée.

Je pense à toi quand je marche je nage
Assis ou debout, je pense à toi le matin et le soir
La nuit quand je pleure, eh oui quand je ris
Quand je parle je me parle et quand je me tais
Dans mes joies et mes peines. Quand je pense et ne
pense pas
Chère je pense à toi !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Une atmosphère, un crépuscule , de la lumière des couleurs un phare au loin un cap de grès rouge toute la mélancolie la force d'un sentiment amoureux

  2. Lion de sinople
    --------------------

    C’est le lion de sinople, errant au long des jours
    En quête de gibier dans la chaude lumière ;
    Ils est l’incarnation de la cause première,
    Il mange par devoir, il chasse par amour.

    Il ne deviendra pas seigneur de basse-cour,
    Et jamais dans un cirque il ne fera carrière ;
    On ne le retient pas derrière une barrière,
    On ne l’enferme pas au sommet d’une tour.

    Ainsi, quand il parcourt la savane amicale,
    Il peut en aborder la rive occidentale
    Où la forêt diffuse un parfum sans pareil.

    C’est le lion de sinople, un dieu de la nature,
    C’est du grand Jupiter la vivante peinture :
    Ses frère et soeur, ce sont la lune et le soleil.

  3. Chevalier de sinople
    -------------------

    Chevalier de sinople, aventurier précaire,
    De tes nobles exploits le barde est stupéfait ;
    Généreux combattant, défenseur de la paix,
    Tu n'as jamais été serviteur de la guerre.

    Le roi Charles voulut te donner une terre,
    Mais l'état de seigneur pour toi n'a point d'attrait ;
    Le maître illustrateur a tracé ton portrait
    Dont on a décoré l'Ecole Militaire.

    La reine un jour viendra, si le destin le veut,
    Habillée simplement de ses très longs cheveux,
    Te proposer de vivre une belle aventure.

    Ce n'est certes pas toi qui lui donnerais tort,
    Car il vaut mieux avoir un regret qu'un remords ;
    Mais viendra-t-elle ou non ? Tout n'est que conjectures.

Rédiger un commentaire

Léopold Sédar SENGHOR

Portait de Léopold Sédar SENGHOR

Léopold Sédar Senghor (Joal, Sénégal, 9 octobre 1906 – Verson, France, 20 décembre 2001) était un poète, écrivain et homme politique sénégalais. Symbole de la coopération française en Afrique pour les uns ou du néo-colonialisme français pour les autres. Il a été le premier président du Sénégal (1960-1980). Senghor fut... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS