Poème 'Jour et Nuit' de Aimé CÉSAIRE dans 'Les armes miraculeuses'

Jour et Nuit

Aimé CÉSAIRE
Recueil : "Les armes miraculeuses"

le soleil le bourreau la poussée des masses la routine de mourir et mon cri de bête blessée et c’est ainsi jusqu’à l’infini des fièvres la formidable écluse de la mort bombardée par mes yeux à moi-même aléoutiens qui de terre de ver cherchent parmi terre et vers tes yeux de chair de soleil comme un négrillon la pièce dans l’eau où ne manque pas de chanter la forêt vierge jaillie du silence de la terre de mes yeux à moi-même aléoutiens et c’est ainsi que le saute-mouton salé des pensées hermaphrodites des appels de jaguars de source d’antilope de savanes cueillies aux branches à travers leur première grande aventure: la cyathée merveilleuse sous laquelle s’effeuille une jolie nymphe parmi le lait des mancenilliers et les accolades des sangsues fraternelles.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS