Poème 'Neige sur Paris' de Léopold Sédar SENGHOR dans 'Chants d'ombre'

Neige sur Paris

Léopold Sédar SENGHOR
Recueil : "Chants d'ombre"

Seigneur, vous avez visité Paris par ce jour de votre naissance
Parce qu’il devenait mesquin et mauvais
Vous l’avez purifié par le froid incorruptible
Par la mort blanche.
Ce matin, jusqu’aux cheminées d’usines qui chantent à l’unisson
Arborant des draps blancs
- « Paix aux Hommes de bonne volonté! »
Seigneur, vous avez proposé la neige de votre paix au monde divisé, à l’Europe divisée
A l’Espagne déchirée et le Rebelle juif et catholique a tiré ses mille quatre cents canons contre les montagnes de votre Paix.
Seigneur, j’ai accepté votre froid blanc qui brûle plus que le sel.
Voici que mon cœur fond comme neige sous le soleil.
J’oublie
Les mains blanches qui tirèrent les coups de fusils qui croulèrent les empires Les mains qui flagellèrent les esclaves qui vous flagellèrent
Les mains blanches poudreuses qui vous giflèrent, les mains peintes poudrées qui m’ont giflé
Les mains sûres qui m’ont livré à la solitude à la haine
Les mains blanches qui abattirent la forêt de rôniers qui dominait l’Afrique,
au centre de l’Afrique
Droits et durs, les Saras beaux comme les premiers hommes qui sortirent de vos mains brunes.
Elles abattirent la forêt noire pour en faire des traverses de chemin de fer
Elles abattirent les forêts d’Afrique pour sauver la Civilisation, parce qu’on manquait de matière première humaine.

Seigneur, je ne sortirai pas ma réserve de haine, je le sais, pour les diplomates qui montrent leurs canines longues Et qui demain troqueront la chair noire.
Mon cœur, Seigneur, s’est fondu comme neige sur les toits de Paris

Au soleil de votre douceur
Il est doux à mes ennemis, à mes frères aux mains blanches sans neige
A cause aussi des mains de rosée, le soir, le long de mes joues brûlantes.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Que dire sinon que ce Monsieur donne l'impression d'avoir inventé la poésie. C'est mon humeur du jour direz vous mais, c'est beau... Ce matin, ce poème me parle... je suis heureuse de le lire et de le relire...

  2. N'ayez pas de souliers dont la semelle est lisse :
    Sur la neige et la glace, on constate qu'ils glissent.
    Surveillez la façon, surtout, dont vous marchez
    En sortant le matin pour aller au marché,
    *
    Puis, gardez-vous aussi du givre subreptice ;
    Il faudrait que vos pas, dès lors, se rapetissent
    Et que de lourds paquets n'aillent vous empêcher
    De garder l'équilibre, en vous faisant pencher.
    *
    D'ailleurs, en avançant, regardez devant vous,
    Posez vos pieds à plat, n'allez pas, comme un fou,
    Courir derrière un bus ou un taxi qui passe.
    *
    Si la neige aux souliers fait un bel ornement,
    Il faut pourtant l'ôter assez rapidement,
    Avant que le grand froid ne la transforme en glace.

  3. axe de lecture

  4. faire une explication de ce poème

  5. explication détaillé du poème

  6. Je ne vois que la description succincte de Paris sous la neige un jour de Noël. Les mains ne sont pas pour flageller les autres, elles savent aussi caresser. Réserver la flagellation aux noirs comme aux blancs car il y eut des esclaves blancs, surtout des femmes pour peupler les harems, aussi des hommes quand ils avaient un métier utile auprès des esclavagistes.
    Cochonfucius a répondu par un sonnet pour décrire les précautions à prendre en cas de gel pour ne pas glisser. Deux rimes pour les quatrains, c'est du travail autre que de la prose sans image qui veut se dire poésie. Les alexandrins ne sont pas si difficiles à confectionner. Vous auriez dû...

  7. A propos d'esclaves, connaissez-vous l'histoire de D'Chimbo le nègre du gouverneur dont Serge Patient a fait un livre, Une histoire qui se passe en Guyane?
    Merci pour les techniques de prudence Cochonfucius.
    Et parce que c'est bientôt Noël et que c'est le temps du pardon :
    "La loi de la grâce annule la loi du Karma. Si vous prodiguez amour, grâce et pardon on vous en prodiguera en retour"
    :::Je n'a plus la référence...mes excuses à l'auteur.
    merci à LS Senghor pour ce beau poème.

Rédiger un commentaire

Léopold Sédar SENGHOR

Portait de Léopold Sédar SENGHOR

Léopold Sédar Senghor (Joal, Sénégal, 9 octobre 1906 – Verson, France, 20 décembre 2001) était un poète, écrivain et homme politique sénégalais. Symbole de la coopération française en Afrique pour les uns ou du néo-colonialisme français pour les autres. Il a été le premier président du Sénégal (1960-1980). Senghor fut... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto