Poème 'Huma Toca Lora Sora' de Jacques PREVEL

Huma Toca Lora Sora

Jacques PREVEL

Huma Toca Lora Sora
rada, maca, ha ha ha ha
Que me reste-t-il à défendre?
Antonin Artaud n’est plus
Il n’y a plus rien à défendre
Sa mort me fut un grand coup
Dans mon être pur et sanglant
Et je ne reconnaîtrai pas l’usage absurde des mots
Quand l’homme qui n’est plus me disait
D’écrire sans me servir des mots
Je sais que l’on m’attaquera
Comme un fou ou un assassin
J’ai été foudroyé, je suis mort
Le 11 août 1947

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS