Poème 'Ici-bas' de René-François SULLY PRUDHOMME dans 'Stances et poèmes'

Ici-bas

René-François SULLY PRUDHOMME
Recueil : "Stances et poèmes"

Ici-bas tous les lilas meurent,
Tous les chants des oiseaux sont courts ;
Je rêve aux étés qui demeurent
Toujours…

Ici-bas les lèvres effleurent
Sans rien laisser de leur velours ;
Je rêve aux baisers qui demeurent
Toujours…

Ici-bas tous les hommes pleurent
Leurs amitiés ou leurs amours ;
Je rêve aux couples qui demeurent
Toujours…

Poème préféré des membres

VVAL et Vide ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. Ici-bas les poètes chantent ;
    Leurs voix n'ont pas besoin d'espoir
    Mais de boissons rafraîchissantes,
    Le soir.

    Ici-bas les âmes s'enchantent
    De donner et de recevoir,
    Et s'endorment sans épouvante
    Le soir.

    Ici-bas la vie est changeante
    Comme les reflets au miroir
    Dans la lumière agonisante,
    Le soir.

Rédiger un commentaire

René-François SULLY PRUDHOMME

Portait de René-François SULLY PRUDHOMME

René Armand François Prudhomme, dit Sully Prudhomme, né à Paris le 16 mars 1839 et mort à Châtenay-Malabry le 6 septembre 1907, est un poète français, premier lauréat du Prix Nobel de littérature en 1901. Fils d’un commerçant, René Armand Prudhomme, qui souhaite devenir ingénieur, fait ses études au lycée Bonaparte,... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto