Poème 'L’habitude' de René-François SULLY PRUDHOMME dans 'Stances et poèmes'

L’habitude

René-François SULLY PRUDHOMME
Recueil : "Stances et poèmes"

L’habitude est une étrangère
Qui supplante en nous la raison :
C’est une ancienne ménagère
Qui s’installe dans la maison.

Elle est discrète, humble, fidèle,
Familière avec tous les coins ;
On ne s’occupe jamais d’elle,
Car elle a d’invisibles soins :

Elle conduit les pieds de l’homme,
Sait le chemin qu’il eût choisi,
Connaît son but sans qu’il le nomme,
Et lui dit tout bas : « Par ici. »

Travaillant pour nous en silence,
D’un geste sûr, toujours pareil,
Elle a l’oeil de la vigilance,
Les lèvres douces du sommeil.

Mais imprudent qui s’abandonne
A son joug une fois porté !
Cette vieille au pas monotone
Endort la jeune liberté ;

Et tous ceux que sa force obscure
A gagnés insensiblement
Sont des hommes par la figure,
Des choses par le mouvement.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. vous pouvez metre l'illustration de cette poesie ! merci

  2. Mes yeux ne savent voir plus loin que l'horizon.
    Mon labeur quotidien, mes simples habitudes,
    Tout en moi, comme aux temps lointains de solitude,
    Par coutume est réglé, plutôt que par raison.

    La routine en ce monde a bâti sa maison
    Sur la bonne surface, à la bonne altitude,
    Appliquant à cela des lois de finitude,
    Comme, devenant vieux, souvent, nous les prisons.

    Même pendant le temps dévolu au transport,
    Franchissant, sans montrer le moindre passeport,
    Maintes démarcations, limites ou frontières,

    Je n'ai pas l'impression de quitter le couloir
    Où se trouve rangé ce que je peux vouloir :
    Une horloge régit mon existence entière.

  3. Il voit plus loin que l’horizon
    Bornant nos vieilles solitudes
    (Et nos plus sales habitudes) :
    Le poète a toujours raison...

    Détruis l’ancestrale raison
    Et vois, prenant de l'altitude,
    Comme il est plus d’infinitude
    Une fois quittée la prison...

    Avec un ticket de transport
    (I.e. un francilien passeport)
    Devant toi s’ouvrent cinq frontières :

    Ne ne perds plus en vains couloirs,
    Elle est devant, à ton vouloir,
    La Zone Six du RER !

  4. ("Ne te perds plus"... Enfin... mon bourimaillage ci-dessus ne va pas plus loin que l'horizon de ses 14x6 syllabes, après réflexion et relecture... Ceux de mes deux prédécesseurs sont certes plus profonds. )

  5. (14x8 en fait.)

  6. Merci pour cette belle reprise !

Rédiger un commentaire

René-François SULLY PRUDHOMME

Portait de René-François SULLY PRUDHOMME

René Armand François Prudhomme, dit Sully Prudhomme, né à Paris le 16 mars 1839 et mort à Châtenay-Malabry le 6 septembre 1907, est un poète français, premier lauréat du Prix Nobel de littérature en 1901. Fils d’un commerçant, René Armand Prudhomme, qui souhaite devenir ingénieur, fait ses études au lycée Bonaparte,... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto