Poème 'Ici de mille fards la traïson se déguise' de Joachim DU BELLAY dans 'Les Regrets'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Joachim DU BELLAY > Ici de mille fards la traïson se déguise

Ici de mille fards la traïson se déguise

Joachim DU BELLAY
Recueil : "Les Regrets"

Ici de mille fards la traïson se déguise,
Ici mille forfaits pullulent à foison,
Ici ne se punit l’homicide ou poison,
Et la richesse ici par usure est acquise

Ici les grands maisons viennent de bâtardise,
Ici ne se croit rien sans humaine raison,
Ici la volupté est toujours de saison,
Et d’autant plus y plaît que moins elle est permise.

Pense le demeurant. Si est-ce toutefois
Qu’on garde encore ici quelque forme de lois,
Et n’en est point du tout la justice bannie.

Ici le grand seigneur n’achète l’action,
Et pour priver autrui de sa possession
N’arme son mauvais droit de force et tyrannie.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Saint Frusquin
    --------------

    Le diable à Saint Frusquin proposa la richesse.
    L’ermite a répondu : «Je veux rester pieds nus,
    Si j’avais de l’argent, je serais en détresse,
    Et mon âme craindrait mille maux inconnus.»

    Le démon dit alors: «Veux-tu qu’une maîtresse
    Te fasse découvrir des plaisirs ingénus ?»
    Le saint n’avait besoin de nulle enchanteresse,
    N’abritant nul désir sous son crâne chenu.

    Avec le tentateur il partage un breuvage
    Dont il venait d’avoir un nouvel arrivage,
    Puis un peu de pain dur en guise de repas.

    De cet homme de Dieu la voix n’est pas hautaine,
    Le démon l’a tenté, ça ne le gêne pas,
    Tous deux lavent leurs mains dans l’eau de la fontaine.

  2. Fleur de Saint Basile
    -------------

    C’est un démon farceur qui en fleur se déguise,
    C’est un diable rusé, ce n’est pas un oison ;
    Son très subtil langage est pour l’âme un poison,
    Car il la bouleverse et la laisse indécise.

    Basile ne craint point cette menace exquise,
    Car son coeur est solide, et ferme est sa raison ;
    Il respire la fleur en la belle saison,
    Le démon subjugué lui parle avec franchise.

    Le ciel a ses décrets, l’inframonde a ses lois,
    Un diable le comprend, s’il est de bon aloi,
    Aucun des deux États n’est une tyrannie.

    Basile se retient d’être un prédicateur,
    Le démon face à lui n’est jamais tentateur,
    De chez le saint la fleur ne sera pas bannie.

  3. Troll céphalophore
    ---------------

    « Ce troll en Saint Denis pour blaguer se déguise,
    Portant son noble chef qu’il tient par la toison ;
    Il se met à lancer des vannes à foison,
    Même des mots latins qui ne sont pas de mise.

    Le peuple est amusé de cette farce exquise,
    Cette foule frivole aime la déraison ;
    Ils en reparleront pendant plusieurs saisons,
    Se moquant de savoir si la chose est permise.

    Ne l’imitez jamais, ce troll de peu de foi,
    Surtout ne trinquez pas avec lui quand il boit ;
    Que du saint paradis son âme soit bannie ! »

    Ainsi parlait en chaire un vieux prédicateur,
    Qui toujours nous garda contre les tentateurs ;
    Et cela fut au jour de sainte Mélanie.

Rédiger un commentaire

Joachim DU BELLAY

Portait de Joachim DU BELLAY

Joachim du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou, et mort le 1er janvier 1560 à Paris. Sa rencontre avec Pierre de Ronsard fut à l’origine de la formation de la « Pléiade », groupe de poètes auquel Du Bellay donna son manifeste, « la Défense et illustration de la langue... [Lire la suite]

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS