Poème 'J’ai tout donné pour rien' de Théophile GAUTIER dans 'Poésies nouvelles et inédites'

J’ai tout donné pour rien

Théophile GAUTIER
Recueil : "Poésies nouvelles et inédites"

Or çà, la belle fille,
Ouvrez cette mantille !
C’est trop de cruauté ;
Faites-nous cette joie
Que pleinement on voie
Toute votre beauté.

Apprenez-le, mignonne,
Quand le bon Dieu vous donne
Un corps aussi parfait,
C’est afin qu’on le sache,
Et c’est péché qu’on cache
Le présent qu’il a fait.

Aime-moi, je suis riche
Comme un joueur qui triche,
Comme un juif usurier :
On peut m’aimer sans honte,
La couronne de comte
Rayonne à mon cimier.

Je suis, comme doit faire
Tout fils de noble père,
Les usages anciens :
On m’encense à ma place ;
Mon prêtre, avant la chasse,
Dit la messe à mes chiens.

J’ai de beaux équipages,
Des valets et des pages
À n’en savoir le nom :
J’ai des vassaux sans nombre
Qui vont baisant mon ombre
Et portent mon pennon.

Soupèse un peu, la belle,
Cette lourde escarcelle,
Hé bien, elle est à toi !
Je veux que ma maîtresse
Fasse envie, en richesse,
À la femme d’un roi.

Tu rejettes mes offres ?
Allons, vide tes coffres,
Argentier de Satan !
Fais vite, ou je dépêche,
Juif, ta carcasse sèche
Au diable qui l’attend.

Des robes qu’on déploie,
De velours ou de soie,
Quelle est celle à ton goût ?
Ces riches pendeloques,
Qu’entre les doigts tu choques,
Prends, je te donne tout :

Colliers dont chaque maille
De cent couleurs s’émaille,
Magnifiques habits,
Beaux satins, fines toiles,
Brocarts semés d’étoiles,
Diamants et rubis !

Oui, pour t’avoir, la belle,
Si tu fais la rebelle,
J’engagerais mon bien…
— Merci, mon gentilhomme,
Reprenez votre somme,
J’ai tout donné pour rien.

1833

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théophile GAUTIER

Portait de Théophile GAUTIER

Pierre Jules Théophile Gautier est un poète, romancier, peintre et critique d’art français, né à Tarbes le 30 août 1811 et mort à Neuilly-sur-Seine le 23 octobre 1872 à 61 ans. Né à Tarbes le 30 août 1811, le tout jeune Théophile garde longtemps « le souvenir des montagnes bleues ». Il a trois ans lorsque sa famille... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto