Poème 'Les Moutons' de Paul ÉLUARD dans 'Répétitions'

Les Moutons

Paul ÉLUARD
Recueil : "Répétitions"

Ferme les yeux visage noir
Ferme les jardins de la rue
L’intelligence et la hardiesse
L’ennui et la tranquillité
Ces tristes soirs à tout moment
Le verre et la porte vitrée
Confortable et sensible
Légère et l’arbre à fruits
L’arbre à fleurs l’arbre à fruits
Fuient.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Nuage bas va-t-il pleuvoir
    Nuages gris le jour est sombre
    Les banlieusards sont abrutis
    Mais ils font leur petit travail
    Car leurs bureaux sont bien chauffés
    Et leurs chefs sont de braves types
    Le jour passe en douceur
    Légère et la vie s'en va
    La vie s'en va et le temps
    Fuit.

  2. Tertre de sinople
    ------------------

    Sur le tertre on voit un roi noir,
    Main posée sur un globe sombre ;
    Il a des visiteurs sans nombre,
    Il n'est guère heureux de les voir.

    Il commémore une défaite,
    Il n'est plus ce qu'il a été ;
    Il se souvient d'un froid été,
    Les guerriers n'ont point fait la fête.

    Des marchands de Constantinople
    En touristes sont venus là,
    Jetant des regards sans éclat,
    Au morne tertre de sinople.

Rédiger un commentaire

Paul ÉLUARD

Portait de Paul ÉLUARD

Paul Éluard, de son vrai nom Eugène Émile Paul Grindel (14 décembre 1895 à Saint-Denis – 18 novembre 1952 à Charenton-le-Pont ), est un poète français. C’est à l’âge de vingt et un ans qu’il choisit le nom de Paul Éluard, hérité de sa grand-mère, Félicie. Il adhère au dadaïsme et est l’un des... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto