Poème 'Je magnifiai la splendeur de ton sexe' de anne556

Accueil > Les membres > Page de poésie de anne556 > Je magnifiai la splendeur de ton sexe

Je magnifiai la splendeur de ton sexe

anne556

Bien que la nuit fût tombée
depuis quelques heures,
je distinguai les contours de
ton corps nu aux rosaces d’harmonie

adossé contre les piliers du Ciel,
tu n’avais que quinze ans,
ta sueur coulait sur ton front
et tes membres de miel.

Des éclairs de chaleur déchiraient
les faîtes des bocages,
et éclairaient par à-coups
la cour de notre pensionnat.

Tu te retournais en vain dans ton lit,
tourmentée
et avide de sommeil,
ma Princesse au casque d’ébène.

Brûlante et libertine,
je me dévêtis et te rejoignis,
je magnifiai
la splendeur de ton sexe,

tes roucoulements de plaisir
m’encouragèrent
à
redoubler les vagues de notre hyménée,

et
l’étendard de ta jouissance résonna
parmi
la cathédrale du silence.

Nous nous endormîmes à l’aurore,
entrelacées et radieuses,
avec au cœur,
le solfège de l’amour !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS