Poème 'De faire blanc' de ATOS

De faire blanc

ATOS

On coud ses dimanches au cils du temps
en clouant sa tête de faire blanc
On bricole tout ce qui reste
en sachant qu’on n’éteindra jamais le bec
de tout qui nous brûle dans la gorge.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS