Poème 'Renaissance' de anne556

Renaissance

anne556

Voici venir l’aurore
où se recueille la pervenche
dans
le cristal des nymphées.

Au loin, une romance
flâne parmi les hameaux
et
dans les parterres des parcs,

là où se dressent
les manoirs de contemplation,
songent
les nefs des platanes.

Les oiseaux se recueillent
dans la guipure de rosée,
et bercent les songeries des humains
au pastel de la brise.

Dans la langueur des sentes,
une jeune femme délivre
la chevelure éparse des feuilles
et les poussières d’or de la campagne.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS