Poème 'La chambre noire' de ATOS

La chambre noire

ATOS

Un fleuve microsillone son âme.
La nuit vient porter l’écho de son esprit.
En sa chambre noire, tout se dévêt.

Dans ses froissements d’acier s’aiguise son trait,
lorsque, sous un astre pupille, l’image tangue et féline.

Elle est l’aiguille et le saphir,
elle est l’étrange gerçure d’opale
qui pénètre le bitume d’une phrase,
le soupir d’un ange hoquetant sa démesure sur le disque du temps,
un air au rythme blanc qui, sur ses lèvres, dessine une ligne de sang.

La tâche se préfigure dans le ventre lourd de ses eaux.
Des corps inconnus s’encrent dans l’éclat de ses miroirs.
Il luit l’annonce d’un monde où l’être vient rendre lame
à l’éclat de ses ondes.

L’huile du rêve tremble dans une nue sans repos.

L’ œil cadence l’invisible lorsqu’une bouche parole à la lune sanglot.

Un ventre est en chenal,
il hurle le jusant de sa peau.
Des strates de lave l’inondent d’un parfum de cristal.

Lac déchirure à la gorge des flots.

Dans la chambre d’un fleuve, une chimère enfante sa passion.
Sa jungle féconde se projette à son front.

Chaque goutte sombre
lorsqu’une vague épelle son rêve au fil de sa raison.

Cosmos en ce marais, la brume lui revient.
Elle vient, par le ressac de ces eaux,
de ses mains en flambeau,
elle vient, et se penche à des lèvres pinceaux.

Braise Totem aux iris prêtresses.

La chair se signe dans la tendresse de son âme.
A l’autel de son levant, les rêves effilent l’harmonique d’un chant.

Lames bitume caressent l’algue d’azur.

L’instinct plonge ses mains dans la suie de ses blessures.
Il particule un son :

« Blanche est mon eau
Bleue est ma sève
Inconnue est à ma peau. »

Un œil d’argent pénètre la feuillure d’un temps.
L’opale de la nuit a pétri la glaise du monde.
A ces lignes , le hasard vient se soumettre.
Dans le dépli de la toile un reflet emportera ses ondes.

Une racine s’attache toujours aux paupières de son rêve,
c’est aux confins de ses flots que reposera son nom.

(Merci à toi Laure K, pour la force de tes eaux)

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS