Poème 'La frontière' de ATOS

La frontière

ATOS

Deux hommes marchent sur la route .
Le soleil semble leur confier leur adresse.

L’un allonge son pas et l’autre assure son bras.

Ils sont de gris, de vert et de lanières
Ils contournent ornières et fondrières
Ils accrochent la virgule de leurs lignes au givre de la piste
et accélèrent leur jeunesse pour échapper à l’ hiver.

Deux homme suivent la route
et soudain cessent leur pas.

Tous deux fouillent leurs poches,
Tous deux tendent leurs mains.
Pour qu’une barrière lève ses bras.
L’un assure son sac, l’autre agrafe son col.

Sur les minutes de l’aube,
deux hommes se croisent sur la route
et ne se regardent pas.

Deux hommes poursuivent la route
Chacun écoute ce pas qui s’en va
si loin déjà de chez soi.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS