Poème 'La manade' de ATOS

La manade

ATOS

Le choeur des hommes arpente un chemin de lune
La route est ronde et les âmes sont pures

La roulotte ballotte l’âme
La manade franchira le jour
Les sarments consacrent les chants!
La brune chaude veille sur le gitan
Le rêve de son souffle caresse l’enfant.

Là où va le vent, se récitent les psaumes.
La mélopée des femmes parfume la lèvre
Anneaux et velours convieront la chair
Sur les branches d’une étoile s’endorment les amants.
La brume emportera l’épure de l’adieu.

Ils reposent, et, passeront ainsi l’hiver
au delà d’une frontière qui se dessine sans eux.

De la plaine, à la rivière,
Des roches aux collines
Du désert jusqu’à la mer,
Le monde est une prière
Que les hommes apprennent de leur mieux.

La route est ronde et les âmes sont pures.
Un coeur vaut bien plus qu’une armure.
C’est ce que j’ai su ,en partageant leur feu.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS