Poème 'La mise en Seine' de ATOS

La mise en Seine

ATOS

L’air est pris dans la lumière.
La terre s’accroche au vent.
Regarde:
L’amont se fait l’aval.
Accoste un peu que je t’émiette.

Puisque ta coque est en galère,
Abaisse fissa cette fichue voile!

Regarde!
Il fait bon temps!

Le lierre trousse la jachère
Les terrasses sont à l’encan!
Mon sang!
Nous sommes printemps!

Tout est juste, tout est présent.
Les berges déballent leurs guêpières.
L’écluse nous offre la parade.
Voilà qu’elle ouvre le bal!

Déballons ici, tout notre temps.

Sur le perré,
Papier journal.
Aux premières loges?
Fauchons l’herbe sauvage,
Tête bêche ou en épis.
Ce jour est un fétu de paille.
Hé bien salue l’épouvantail!

La sirène entrave que dalle!
Fais pas la tronche
Zieute la mienne:
Un bout de mon croissant?

Un p’tit clin d’oeil, …
Un grand merci!

Des trucs, comme ça,
Dame ! Je te le dis…
C’est quand même mieux
Qu’ leur pain béni.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2014 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto