Poème 'La tête du comte' de Charles-Marie LECONTE DE LISLE dans 'Poèmes barbares'

La tête du comte

Charles-Marie LECONTE DE LISLE
Recueil : "Poèmes barbares"

Les chandeliers de fer flambent jusqu’au plafond
Où, massive, reluit la poutre transversale.
On entend crépiter la résine qui fond.

Hormis cela, nul bruit. Toute la gent vassale,
Écuyers, échansons, pages, Maures lippus,
Se tient debout et roide autour de la grand’salle.

Entre les escabeaux et les coffres trapus
Pendent au mur, dépouille aux Sarrazins ravie,
Cottes, pavois, cimiers que les coups ont rompus.

Don Diego, sur la table abondamment servie,
Songe, accoudé, muet, le front contre le poing,
Pleurant sa flétrissure et l’honneur de sa vie.

Au travers de sa barbe et le long du pourpoint
Silencieusement vont ses larmes amères,
Et le vieux Cavalier ne mange et ne boit point.

Son âme, sans repos, roule mille chimères :
Hauts faits anciens, désir de vengeance, remords
De tant vivre au delà des forces éphémères.

Il mâche sa fureur comme un cheval son mors ;
Il pense, se voyant séché par l’âge aride,
Que dans leurs tombeaux froids bienheureux sont les morts.

Tous ses fils ont besoin d’éperon, non de bride,
Hors Rui Diaz, pour laver la joue où saigne, là,
Sous l’offense impunie une suprême ride.

Ô jour, jour détestable où l’honneur s’envola !
Ô vertu des aïeux par cet affront souillée !
Ô face que la honte avec deux mains voila !

Don Diego rêve ainsi, prolongeant la veillée,
Sans ouïr, dans sa peine enseveli, crier
De l’huis aux deux battants la charnière rouillée.

Don Rui Diaz entre. Il tient de son poing meurtrier
Par les cheveux la tête à prunelle hagarde,
Et la pose en un plat devant le vieux guerrier.

Le sang coule, et la nappe en est rouge. – Regarde !
Hausse la face, père ! Ouvre les yeux et vois !
Je ramène l’honneur sous ton toit que Dieu garde.

Père ! j’ai relustré ton nom et ton pavois,
Coupé la male langue et bien fauché l’ivraie. -
Le vieux dresse son front pâle et reste sans voix.

Puis il crie : – Ô mon Rui, dis si la chose est vraie !
Cache la tête sous la nappe, ô mon enfant !
Elle me change en pierre avec ses yeux d’orfraie.

Couvre ! car mon vieux coeur se romprait, étouffant
De joie, et ne pourrait, ô fils, te rendre grâce,
A toi, vengeur d’un droit que ton bras sûr défend.

À mon haut bout sieds-toi, cher astre de ma race !
Par cette tête, sois tête et coeur de céans,
Aussi bien que je t’aime et t’honore et t’embrasse.

Vierge et Saints ! mieux que l’eau de tous les océans
Ce sang noir a lavé ma vieille joue en flamme.
Plus de jeûnes, d’ennuis, ni de pleurs malséants !

C’est bien lui ! Je le hais, certe, à me damner l’âme ! -
Rui dit : L’honneur est sauf, et sauve la maison,
Et j’ai crié ton nom en enfonçant ma lame.

Mange, père ! – Diego murmure une oraison ;
Et tous deux, s’asseyant côte à côte à la table,
Graves et satisfaits, mangent la venaison,

En regardant saigner la Tête lamentable.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Saint Renard porte sa tête
    ------------------------------

    Quand Saint Renard de Montmartre vient,
    Il porte sa tête en ses mains.
    Le zèbre était sur le créneau,
    Et tous les autres animaux.

    Renard, Renard, réjouis-toi,
    On t'a fait faire une tête en bois.
    D'une tête en bois, d'une tête en cuir,
    Je ne saurais me réjouir.

    Ma tête sera d'air et de vent,
    La cervelle un nuage blanc,
    Pour bras, les arbres des forêts,
    Et de pieds, je m'en passerai.

    Quand Roland s'y promènera,
    Cette forêt lui parlera,
    Et quand il sera dans la nuit,
    Je divertirai son esprit.

    Dites-moi, Renard mon ami,
    Ce qui vous fait délirer ainsi.
    C'est un nid d'oiseau parano
    Qui met le trouble en mon cerveau.

    Dites-moi, Renard mon ami,
    Pourquoi Roland délire aussi.
    Du nid d'oiseau il est épris,
    Qui sait comment ça va finir !

Rédiger un commentaire

Charles-Marie LECONTE DE LISLE

Portait de Charles-Marie LECONTE DE LISLE

Charles Marie René Leconte de Lisle, né le 22 octobre 1818 à Saint-Paul dans l’Île Bourbon et mort le 17 juillet 1894 à Voisins, était un poète français. Leconte de Lisle passa son enfance à l’île Bourbon et en Bretagne. En 1845, il se fixa à Paris. Après quelques velléités lors des événements de 1848, il renonça... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto