Poème 'La voix du vent' de Maurice ROLLINAT dans 'Paysages et paysans'

La voix du vent

Maurice ROLLINAT
Recueil : "Paysages et paysans"

Les nuits d’hiver quand le vent pleure,
Se plaint, hurle, siffle et vagit,
On ne sait quel drame surgit
Dans l’homme ainsi qu’en la demeure.

Sa grande musique mineure
Qui, tour à tour, grince et mugit,
Sur toute la pensée agit
Comme une voix intérieure.

Ces cris, cette clameur immense,
Chantent la rage, la démence,
La peur, le crime, le remord…

Et, voluptueux et funèbres,
Accompagnent dans les ténèbres
Les râles d’amour et de mort.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Planète improbable
    -------------------------

    Cette planète rit et pleure,
    Puis, fort brusquement, s’assagit ;
    Une foule de chiens surgit
    Sans qu’on devine leur demeure.

    Ici, des vestales mineures
    Sourient d’un arbre qui mugit ;
    Un champignon magique agit,
    Mû par une force intérieure.

    Les lunes ne sont pas immenses,
    Mais sont atteintes de démence ;
    Sitôt que celle-ci les mord,

    On peut les voir, d’un air funèbre,
    Emplir l’espace de ténèbres ;
    Les chiens vont hurlant à la mort.

Rédiger un commentaire

Maurice ROLLINAT

Portait de Maurice ROLLINAT

Maurice Rollinat, né à Châteauroux (Indre) le 29 décembre 1846 et mort à Ivry-sur-Seine le 26 octobre 1903, est un poète français. Son père, François Rollinat, était député de l’Indre à l’Assemblée constituante en 1848 et fut un grand ami de George Sand. Issu d’un milieu cultivé, Rollinat se met très... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto